10 mars 2006

Louis, du Mesnil Saint Denis,
à Marie-Louise de Lorraine en son Marquisat de Chambly,

 

Ce dixième de mars de l'an de grâce deux mille six

 

 

 

Un grand salut de l'aube à la Marquise de Chambly !

 

 

 

Le Roy présente ses compliments à la Marquise, ainsi que ses remerciements pour les vers qu'elle a daigné lui faire porter récemment. Quoique ingambe, Sa Majesté a  quelque fois - l'esprit volatile quant aux accords de cette belle langue du Royaume ...

La Marquise serait-elle disposée à accompagner son Roy le samedi dix-huitième de mars en après-midi, pour faire une visite impromptue au nacrier Pénaud de Méru ? La Marquise investirait le carrosse royal à son château de Chambly et y serait ramenée, affaire faite.

Le Roy précise que, malgré l'invitation pressante de visiter son château de fond en comble, Il s'en réserve le plaisir pour une prochaine occasion et, dans ce cas, y viendra en habit de cour ...
 

Hélas pour cette fois, ce faquin de Fouquet lui menant la vie dure, le Roy retournera directement aux affaires !

17 mars 2006

de Commercy, dès potron-minet ce dix-septième de mars de l'an de grâce deux mille six,

Marie-Louise de Lorraine fait suivre à son Roy

 

Ciel déjà vendredi s'écriait sans honte l'étourdie
est-ce d'avoir vu le portrait de son roi qui l'a plongée dans un tel émoi ?
est-ce pour excuser ses retards inacceptables ou pour jouer les faibles femmes secourables
elle vécut durant cette semaine de bien pénibles et longues heures de migraine
voici les circonstances atténuantes qu'elle ose présenter à votre difficile attente
de la communication du lieu de vie de ce manant qui s'amuse à travailler la nacre comme antan
avec l'espoir de vous trouver demain chez le sieur Péneau à 14 heures vingt
recevez l'expression de mon admiration et veuillez transmettre mes joyeuses salutations
à dame Rosemy compagne de vos libations de la part de tous les vivants de cette maison.
 
Marie-Louise de Lorraine 

3 octobre 2006

De Commercy, à la fraîche du soir ce troisième d'octobre de l'an de grâce deux mille six,

Marie-Louise de Lorraine répond au Roy Louis le bien-aimé, quinzième du nom

Un message de notre bon Roy est toujours un grand plaisir
plaire à mon Roy est naturellement un réel désir

aussi la proposition d'une poétique prestation
enflamme mon imagination et dès aujourd'hui ma plus grande préoccupation
est de préparer des parures convenables pour paraître en votre compagnie aimable

 le silence de ces derniers mois ainsi que mon empêchement lors du rendez-vous de juillet
vous l'avez compris mon cher Roy
ne sont point désintérêt
 amusée , flattée , touchée
je répond oui à Sa Majesté

Marie-Louise de Lorraine
 

Fevrier 2007

Chère Marquise

Louis (le quinzième du nom) est trop triste de se voir dans la pénible obligation d'informer Sa chère Marquise de Chambly que Son projet de déjeuner sur l'herbe avec Sa chère diseuse de poésie, en les territoires rattachés et plus précisemment dans cette anciennement bonne ville de Sarreguemines, tombe à l'eau (ou en carafe à l'envie) !
Et ce au motif que ce Tiers Etat, bien qu'ayant investi notre château sarregueminois, a grande crainte d'être assimilé - par les manants de la ville - à notre aristocratie (la vraie ...). Décidemment, ces gens sont bien fats de seulement oser y croire ...

Cependant Louis, se remettant de cette mésaventure, propose à Sa poétesse de vouloir bien lui permettre de l'inclure dans le scénario qu'il prépare pour le dimanche 17 juin, dans le parc de Vaux le Vicomte. Monseigneur serait ravi d'écouter et faire écouter un poème construit pour l'occasion ... Aussi, sa présence, accompagnée de son effendi et sa fille, serait fort appréciée.

N'ayant cependant pas perdu Sa pugnacité, Monseigneur prie également sa chère Marquise et son entourage à son charroi royal des 30 juin et 1er juillet à Sarre-Union, qui recevra Sa Majesté avec autrement de pompes que ces foutriquets sarregueminois. Et de plus, la proximité - pour la Marquise - de quelques amies de longue date lui permettra de se retremper un instant dans ses territoires d'origine ...

Que la Marquise veuille bien donner réponse réfléchie à Sa Majesté, pesant d'abord le pour et le contre, sachant que les costumes du Siècle seront de rigueur, qu'aussi Nous aurons à coeur d'enrôler qui vous savez ... au moins à Sarre-Union.

Qu'enfin, la Marquise se donne la peine de visiter le site de Monseigneur, qui lui procurera ainsi quelques précisions l'aidant à prendre sa décision.

Que dans l'intervalle, la Marquise s'éveille doucement et que la journée qui s'annonce lui soit favorable !

Marquise, mille grâces !

 

il est toujours un grand honneur d'être interpellée par Votre Majesté
j'ai en ce moment des journées très remplies, certes agréablement occupées
puisque demoiselle Constance de Paris est en villégiature ici
à longueur de journée nous répétons des chansons joyeuses
lisons des histoires aux fins heureuses je n'ai donc pas encore eu le temps
croyez moi réellement de réfléchir aux intéressantes propositions
que mon bon Roi a soumis à ma réflexion 
 
 

je suis une grand mère heureuse sûrement
mais il m'arrive de dire que pour m'occuper de cette enfant
malgré sa bonne humeur
et mon grand bonheur
je ne sais ni faire ni réfléchir
en dehors d'organiser ses sourires
dès la semaine prochaine assurément
je vous répondrai longuement
recevez pour aujourd'hui
mes pensées cordiales pour vous , votre famille et nos communs amis
Marie Louise de Lorraine en résidence en Picardie


Les clés du la Ville
La plume et le pouvoir
Monsieur le Duc et Ses Gens
Le savoir-vivre de Monsieur le Duc
$('#s3').cycle({
    fx:    'turnDown',
    speed:    '1000',
    timeout:  '4500',
    animOut: { top: 300, left: 600, height: 100, width: 100 }
 });
Tout sera transcrit ...
$('#s4').cycle({
    fx:    'turnDown',
    speed:    '1000',
    timeout:  '4200',
    animOut: { top: 300, left: -600, height: 100, width: 100 }
 });
Top